Latest News - Headlines

Espionnage industriel, Opération rétropédalage chez Renault.

En Janvier, Le constructeur automobile Renault portait plainte après avoir été victime d’espionnage industriel, revoir l'article Renault, Industrial espionage - Espionnage industriel  , l'innovation visée, la voiture électrique. Aujourd'hui, Renault envisage, avoir été trompé, suite a une manipulation et d’un règlement de comptes interne. 

( voici l'article parue, par le Libération.fr, le 1 Mars 2011 )

Opération rétropédalage chez Renault. Si le numéro 2 du constructeur, Patrick Pelata, s’est rendu lundi à Matignon, c’est pour prévenir le gouvernement de ses doutes sur les accusations d’espionnage à l’encontre de deux des trois cadres qu’il a licenciés.

C’est en effet sur sa propre initiative que Pelata s’est entretenu avec un conseiller du Premier ministre, François Fillon, puis avec le ministre de l’Industrie, Eric Besson.

Selon nos informations, le directeur général de Renault a indiqué que le groupe envisage désormais avoir été victime d’une manipulation. Renault fait l'hypothèse en effet que deux des trois cadres ne disposent pas de comptes à l’étranger et sont donc été victimes d’un règlement de comptes interne.

Manipulation

Par contre, le constructeur continue à soupçonner le troisième, probablement Michel Balthazar, membre du comité de direction, qui aurait bien reçu de l’argent sur un compte bancaire à l’étranger.

C’est la première fois que Renault admet aussi clairement la possibilité d’avoir été victime d’une manipulation ou d’un règlement de compte interne.

Début janvier, lors de la mise à pied des trois cadres suivie du dépôt d’une plainte pénale, la direction se disait pourtant sure de son coup: «La décision a été prise à l’issue d’une investigation déclenchée par le comité de déontologie du groupe. Cette procédure est parfaitement normée, très rigoureuse, et garantit le respect des principes éthiques.»

«Conviction»

La lettre de licenciement envoyée aux trois cadres était tout aussi affirmative: «Il ressort de ces investigations que vous avez reçu des sommes d’argent de source étrangère, conduisant à la conviction, compte tenu de vos responsabilités dans un domaine capital pour l’avenir de l’entreprise, que vous avez donné en échange des informations stratégiques.»

Puis quand vinrent les premiers doutes sur la fiabilité de l’enquête interne, Carlos Ghosn, le patron du groupe, montait au créneau pour réaffirmer sa conviction d’être victime d’une tentative d’espionnage, «compte tenu des éléments dont nous disposons». Manifestement, la direction de Rernault n’affiche plus aujourd’hui la même «conviction».

| www.noenigma.com | All rights reserved - Copyright © 2010 - 2017

Theme images by richcano. Powered by Blogger.